Défilés Automne/Hiver 2011/2012
Par Yann Gabin pour PlaneteMode.com

 
- Alexander McQueen par Sarah Burton -
Un esprit respecté et réinterprété, sans fausses notes. L'ADN McQueen semble retranscrit avec tellement de force, de vigueur et d'ingéniosité que l'on peut nommer Sarah Burton, sans se tromper, comme digne héritière de la couronne McQueen.
- Balenciaga par Nicolas Ghesquière -
Une collection résolument moderne qui demeure, plus que jamais, dans l'esprit Balenciaga. Des vêtements, de temps à autre "sculpture", dont les lignes directrices restent dans la sobriété, la pureté et la rigueur.
- Chanel par Karl Lagerfeld -
Une présentation qui se veut transgénérationnelle. Karl propose, la femme dispose. Une collection qui néanmoins se focalise sur des teintes sombres, avec le noir Anthracite comme chef de fil. Un noir qui se veut joyeux et facile à porter.
- Givenchy par Ricardo Tisci -
On fonce. On amplifie. On exagère. On surcharge. Contrairement à sa précédente collection, très Black & White, Ricardo Tisci laisse éclater des couleurs sur-vitaminées, tout en gardant ce fil conducteur récurrent : le noir, sa teinte fétiche.
- Louis Vuitton par Marc Jacobs -
Entre tendances "Militaro-Fétichiste" et "Jeune fille sage", "Femme Maitresse" et "Bourgeoise Chaste", il y a dans cette présentation Vuitton une dualité évidente qui s'équilibre parfaitement. Et, c'est pour cela, que l'on ne s'ennuie jamais chez Louis Vuitton.
 
 
Défilés Printemps/Eté 2011
Par Yann Gabin pour PlaneteMode.com
- Balenciaga par Nicolas Ghesquière -
Boyish Attitude ? Street Punk ? Féminin/Masculin ? Nicolas Ghesquière intègre dans cette collection de nombreuses références liées au vestiaire des années 80, saupoudrées d'un zest non négligeable des meilleures technologies textiles du 21ème siècle.
- Balmain par Christophe Decarnin -
Une rébellion chez Balmain ? La flamboyance, la luminosité solaire de la présentation de l'hiver 2010/2011 s'est totalement évaporée au détriment d'une mode rebelle et contestatrice dans le défilé du Printemps/Eté 2011.
- Céline par Phoebe Philo -
Un lieu semi industriel pour une collection qui se veut dans la vague d'un certain minimalisme, épuré de tout superflu. Impeccable. Phoebe est de celles qui aiment aller à l'essentiel. Pas de fioritures, pas de chichi.
- Dolce & Gabbana -
Le duo italien Dolce & Gabbana a rédigé une histoire stylistique autour d'une thématique centrale : le blanc. Un challenge pas simple quand on sait que tout doit se jouer autour des formes et des coupes.
- Givenchy par Ricardo Tisci -
Ricardo Tisci perdure une fois de plus dans sa vision d'une femme forte qui ne parait jamais déstabilisé par les circonstances de la vie. "Powerfull" pourrait être le terme approprié décrivant l'énergie singulière émanant du podium.
- Gucci par Frida Giannini -
Si la saison passée, Frida Giannini s'était attachée au patrimoine intrinsèque de la maison Gucci (à son ADN vestimentaire), cette fois elle n'hésite pas à réinventer une garde robe qui relève plutôt d'une sophistication extrême, tout en alliant une touche de séduction avérée.
- Jil Sander par Raf Simons -
Les lignes de ses vêtements restent d'une simplicité déconcertante, d'une précision ultime et d'une élégance inouïe. Mille et un détails qui transparaissent dans les coupes, les formes, les contours, les tissus, les superpositions…
- Lanvin par Albert Elbaz -
Des touches acidulées traversent le défilé : du rose fluo, du jaune Fluo. Des teintes de fraises, de framboises, de groseilles s'invitent sur des tissus reprenant les plissées d'Issey Miyake. Please Pleats d'Albert Elbaz.
- Louis Vuitton par Marc Jacobs -
Marc Jacobs fleure bon l'Asie en nous faisant partager sa propre vision de celle-ci. Un voyage empli d'orientalisme, de chinoiseries de tous ordres et de références exotiques qui sont loin de nous déplaire.
- Prada par Miuccia Prada -
Arizona Muse ouvre le show dans une robe, col en V, orange sur vitaminée. Quant à Maria Carla, elle se déhanche dans un petit tailleur, deux boutons, Bleu électrique. Attention les yeux. On est prévenu. Éblouissement garanti.
 
 
Défilés Automne/Hiver 2010/2011
Par Yann Gabin pour PlaneteMode.com
- Balmain par Christophe Decarnin -
Le designer Christophe Decarnin suggère une collection melting-pot ou les looks se suivent mais ne ressemblent pas. Le métal jaune est la star de la collection. Sans nul doute, il donne une luminosité solaire aux vêtements.
- Balenciaga par Nicolas Ghesquière -
Une collection qui sort de l'ordinaire. Quel plaisir d'apprécier le talent inné de Nicolas Ghesquière à booster son inventivité jusqu'aux limites, tout en tentant de maintenir une alliance entre créativité et portabilité.
- Céline par Phoebe Philo -
Quand on examine les premiers modèles paradés, on pourrait noter une certaine forme de classicisme, voire de conformisme. Les coupes sont droites. Le couleur bleu marine s'imposant comme Diktat.
- Chanel par Karl Lagerfeld -
Réalisé à partir de véritables blocs de Glaces provenant de Scandinavie, qui aurait pu imaginer que la maison Chanel aurait eu l'audace de reproduire le décor majestueux d'une banquise. Une mode polaire pour une femme qui n'a pas froid aux yeux.
- Chloé par Hannah MacGibbon -
Une mode qui se veut contenue dans un style chic plutôt masculin allié à une allure néo bourgeoise. Tout reste dans la retenue. Hannah MacGibbon a réalisé une collection qui accorde peu d'importance aux effets "Mode".
- Dior par John Galliano -
L'inspiration hivernale de John Galliano pour Dior virevolte autour de deux thématiques bien visibles. D'une part, le monde équestre avec tous ses codes particuliers et d'autre part, d'un univers qui se voudrait un tantinet aristocratique.
- Dsquared² par Dean et Dan Caten -
Les frères canadiens Dean et Dan Caten ont un imaginaire foisonnant, n'hésitant pas à mettre en œuvre leurs deux cerveaux prolixes au service d'une mode singulière : plutôt jeune et matinée d'un sexe à pile assumé.
- Gucci par Frida Giannini -
Frida Giannini recentre sa mode vers un classicisme affiché, tout en restant sans conteste dans l'air du temps. Elle insiste pour renouer avec le patrimoine Gucci, en se recentrant sur des basiques "Maison".
- Hermès par Jean-Paul Gaultier -
Dès les premiers passages, Jean-Paul Gaultier traite du style anglais, avec le retour d'une Emma Peel, plutôt stylisée. Néanmoins, cette vénéneuse héroïne, contraste rapidement avec la silhouette plus belliqueuse de Freja Beha.
- Lanvin par Albert Elbaz -
Albert Elbaz joue de cette ambivalence du look unique mais clonique. Un même look pour singulariser une silhouette. Il dissèque avec virtuosité sa vision de la mode en la combinant avec son génie de la construction et des coupes.
- Miu Miu par Miuccia Prada -
Miuccia Prada donne une autre version de la mode Automne/Hiver 2010/2011 pour sa maison Miu Miu lors de la semaine parisienne. Elle verse de préférence vers un univers très 60, mâtiné de petites touches rétro Courrège.
- Yves Saint-Laurent par Stefano Pilati -
Les nonnes seraient-elles en odeur de sainteté ? Cela paraît incontestable, en visionnant la dernière collection de Stefano Pilati pour Yves Saint-Laurent, qu'une touche de "Nonne Attitude" a été sévèrement injectée.
 
 
Défilés Printemps/Ete 2010
Par Yann Gabin pour PlaneteMode.com
- Balenciaga par Nicolas Ghesquière -
Balenciaga devient vite plus joyeuse. Les couleurs se font plus vives, tels des néons. Les silhouettes apparaissent beaucoup plus urbaines, plus graphiques aussi. L'aspect sportif est indéniable dans cette collection.
- Balmain par Christophe Decarnin -
En deux passages, on passe de l'extrême à l'autre. De la guerrière "Grungie" à la poupée sensuelle. Et, cette scission entre deux propositions radicalement dissemblables donne du Peps au rythme de la présentation.
- Céline par Phoebe Philo -
Elle était attendue, Phoebe Philo, pour son premier défilé Céline du Printemps/Eté 2010. Ex-créatrice pour la marque Chloé, ou le succès avait été à chaque fois au rendez-vous, Phoebe Philo semble être l'attraction majeure de cette semaine de collection.
- Chloé par Hannah McGibbon -
Hannah MacGibbon a étrangement épuré et purifié les looks Chloé du Printemps/Eté 2010. Avec trente modèles, pas un de plus, elle a dévoilé une collection concise et sans fioriture.
- Givenchy par Ricardo Tisci -
Ricardo Tisci a œuvré sur des imprimés particulièrement forts cette saison. Et, ceux-ci sont d'autant plus intéressants qu'ils sont ponctués par une collection ou les couleurs sont basiques.
- Kenzo par Antonio Marras -
Le show Kenzo n'a pas encore débuté, que ce dernier me transporte déjà vers ce pays lointain, cet ailleurs surement désertique qui ne peut se révéler que coin de paradis.
- Lanvin par Albert Elbaz -
Le Printemps/Eté 2010 chez Lanvin est une fois de plus remarquable de féminité. Non pas une féminité " Gnan Gnan " et mièvre, mais une féminité audacieuse, maîtrisée, lumineuse et assurée. La femme Lanvin s'affirme par son élégance.
- Louis Vuitton par Marc Jacobs -
Marc Jacobs excelle, à chaque fois, dans le mixage des imprimés. Les étoffes, les couleurs, les proportions fusionnent entre elles créant parfois des looks plus que surprenants.
- Miu Miu par Miuccia Prada -
Miu Miu a fait appel à l'artiste américain John Wesley pour la création des imprimés naïfs. Et, cela n'étonne personne quand on sait l'amour que porte Miuccia Prada au monde de l'Art, et à l'Art en particulier.
- Prada par Miuccia Prada -
Sur un rythme Hip Hop endiablé d'un titre de Lil Mama "Lip Gloss", Prada donne une fois encore dans l'anticonformisme. Les imprimés photographiques déboulent sur le podium donnant un coup de "Peps" à la présentation.
- Proenza Schouler -
Un défilé ultra-vitaminé dont les imprimés sont inspirés de la faune de la barrière de corail. Une ode aux couleurs du Pacifique.
- Yves Saint-Laurent par Stefano Pilati -
La mode YSL se réinscrit-elle vraiment dans un schéma qui renoue à la fois les codes chers à Mr Saint-Laurent tout en laissant une place certaine à la vision tout personnelle que Stefano Pilati peut se faire de la femme Saint-Laurent pour cet été ?