PlaneteMode.com
 
The.Fashion.Kiosq
 
News
Septembre 2022
Par Yann Gabin
YG

"Il nuovo Mondo Della Moda", le nouveau monde de la mode. Simple titre à la Une du Vogue Italien du mois de septembre 2022 qui inspire réflexion. Qu'y a t-il de neuf en cette rentrée de septembre ? Que doit-on abandonner pour redefinir une image novatrice ? Gigi Hadid, sous la direction du photographe Rafaël Pavarotti, apporte déjà quelques pistes en couverture. Un monde sombre avec cette ensemble Ebéne. Un monde en proie au feu avec cette coiffure flamme. Un monde ou la nature ne doit pas être omise, avec cette toile de fond vert kaki. Des allégories peu réjouissantes.

Gigi Hadid chez IMG

Originaire de Malibu, en Californie, Gigi Hadid est née d'un mariage mixte entre une mère allemande et un père arabe. Basée à Los-Angeles, la mère de Gigi l'oriente, dès sa plus tendre enfance, vers une carrière de Baby-Model. Sa petite frimousse d'ange blond plait particulièrement aux clients. Et, Gigi est rapidement recompensée en décrochant sa première campagne publicitaire pour la marque Baby Guess. Toutefois, pour évoluer dans ce métier, il faut bouger. Si Los-Angeles reste la ville du cinéma par excellence, Miss Hadid doit s'envoler pour New-York afin de booster sa carrière. La capitale de la mode américaine l'accueille à bras ouvert dès début 2014. Carine Roitfeld flashe sur le composite de cette jeune américaine et n'hésite pas à l'entrainer sur les chemins de la gloire. Elle lui offre la Une du CR Fashion Book N°4, photographiée par le talentueux Bruce Weber. Puis, elle la fait poser pour les différentes éditions du magazine Harper's Bazaar. La consécration s'achèvant par la campagne publicitaire Tom Ford Automne/Hiver 2014/2015 ou elle défend, à la fois, les lignes prêt-à-porter et cosmétiques. Grâce à Carine Roitfeld, les contrats et jobs s'enchainent à une vitesse incroyable. "Carine Roitfeld a été ma supportrice Number One. Sans elle, je ne serais pas là. Elle s'est vraiment obstinée à me faire progresser. Je suis tellement reconnaissante de l'avoir rencontrée". On ne peut nier que la grande force Carine Roitfeld est de repérer, avant tout le monde, les modèles qui feront les "Unes" de demain. Etre sous le giron de Madame Roitfeld demeure pour Gigi Hadid une chance merveilleuse. Même si Gigi demeure une personnalité à part entière, sa plastique de belle plante se rapproche étonnement de filles comme Candice Swanepoel ou Kate Upton. Des blondes aux yeux verts, avec des courbes avantageuses, demeurant souvent un idéal pour le milieu de la publicité. Même si cela est moins vrai en 2022. Avec ce visage, Gigi Hadid cumule toutes les caractéristiques physiques pour travailler longuement avec les meilleurs acteurs de la mode. Son book peut déjà l'en attester aisément. Gigi Hadid est devenue l'icône à suivre.

YG
Les couvertures à retenir au mois de Septembre 2022

Kate Moss pour Vogue Paris ; Serena Williams pour Vogue Usa ; Linda Evangelista pour Vogue Grande-Bretagne ; Gigi Hadid pour Vogue Italie ; Honda Tsubasa pour Vogue Japon ; Jella Haase pour Vogue Allemagne ; Penelope Cruz pour Vogue Espagne ; Non distribué pour Vogue Russie ; Chu Wong, Sherry Shi, Mao Xiaoxing, Qun Ye et Xie Chaoyu pour Vogue Chine ; Rianne Van Rompaey pour Vogue Netherlands ; Sheila Bawar pour Vogue Brésil ; Georgia Palmer pour Vogue Turquie ; Emma Chamberlain pour Vogue Australie ; Anitta pour Vogue Mexico ; Sharon Stone pour Vogue Arabie ; América Gonzalez pour Vogue Koréa ; Sara Grace Wallerstedt et Christopher Papakaliatis pour Vogue Grèce ; Pas de publication pour Vogue Ukraine ; Othilia Simon et Luca Gadjus pour Vogue Pologne ; Adriana Sklenarikova, Nyagua Ruea, Emily Kasten, Emily Krause pour Vogue Tchécoslovaquie ; Joel Kinnaman et Kelly Gale pour Vogue Scandinavia ; (?) Vogue Portugal ; Sonam Kapoor pour Vogue Inde ; Lina Zhang pour Vogue Singapore ; Brooklyn Peltz Beckham et Nicola Peltz Beckham pour Vogue Hong-Kong ; Zoey Deutch pour Vogue Thaïlande ; Jolin Cai pour Vogue Taiwan ; Divine Nwaokogba et Jibriil Ollow pour Numéro France ; Charley Dean Sayers pour Numéro Tokyo ; Lisa des Blackpink pour V Usa ; Zendaya pour W Usa ; Millie Bobby Brown pour Allure Usa ; Adèle pour Elle Usa ; Lizzo pour Elle Uk ; Hailey Bieber pour Harper's Bazaar Usa ; Gemma Chan pour Harper's Bazaar Uk ; Ester Exposito pour Harper's Bazaar Espagne ; Celina Ralph, Vittoria Ceretti, Mica Arganaraz pour i-D Magazine ; Bianca Stringa Panconi pour Marie-Claire Italie ; Laetitia Casta pour Marie-Claire France ; Rianne Van Rompaey et Virgil Abloh pour Self-Service ; Adwoa Aboah, Alexa Demie, Lisa des Blackpink, Anna Ewers, Gigi Hadid, Suki Waterhouse, Hyunji Shin, Natacha Buty, Grace Turlington, Virgil Abloh, pour POP Magazine ; Mica Arganaraz et Harmony Korine pour Purple Magazine ;

Prada Automne/Hiver 2022/2023 par Miuccia Prada et Raf Simons

Un casting du feu de dieu fusionnant d'anciennes muses maison avec la génération des milléniales, mais quelle pourrait-être la maison italienne ultra pointue pouvant relever ce défi ardu ? Un seul et unique nom me traverse l'esprit : Prada. Quel réel plaisir de scruter à nouveau toutes ces magnifiques silhouettes, à l'élégance captivante, sur ce podium de l'Automne/Hiver 2022/2023. Pour nommer les essentielles, on peut épeler les délicieux noms d'Amanda Murphy, Arizona Muse, Elise Crombez, Emily Sandberg, Erin O'Connor, Hannelore Knuts, Irina Kravchenko, Kinga Rajzak, Marina Perez, Liya Kebede, Querelle Janssen ou Suvi Koponen. Toute une myriade de filles qui ont fait leur classe chez Prada, de la fin des années 90 jusqu'aux années 2010. Sans omettre de prononcer les noms des stars actuelles des podiums : Kaia Gerber, Kendall Jenner, Mica Arganaraz, Rianne Van Rompaey, Lina Zang, Julia Nobis, Anok Yai ou He Cong. Un choc des générations. Prada veut absolument transmettre le message que sa mode demeure avant tout un style "transgénérationnel". Pour finaliser ce casting dément, la comédienne de la série Euphoria, Hunter Schaffer, muse actuelle de la maison, clôt le défilé. Au delà de ce casting rêvé, la maison Prada a souhaité emmener ses invités dans univers onirique, chimérique. Avec un décor pouvant résulter d'un film d'anticipation, caractérisé notamment part ce longiligne tunnel agrémenté de néons parmes et de grilles en métal argenté, le tout rehaussé par une moquette feutré, de couleur moutarde, l'agencement des focales lumineuses dessinent cet interminable Z sur l'ensemble du podium. Un Z comme Zénith. Car Prada est au Zénith. C'est Kaia Gerber qui ouvre le show, avec cette allure un peu mutique. La simplicité de ce premier look touche. Marcel lactescent, pimenté par un simple logo métallique Prada s'accolant entre la poitrine. La jupe s'édifie autour de trois bandes latérales de tissus disparates: lainage gris souris, satin noir, gaze transparente brodée de perles jaune canari s'agitant et vacillant en tous sens. Les looks suivants insistent sur un tailoring maitrisé. Les manches demeurent longues. Les épaules sont parfaitement ajustées. Les jupes, au dessous des genoux, demeurent toutes transparentes. Les sous-pulls, col cheminé, seront le hit de la saison. Surtout avec l'inscription, en fines lettres, de la marque. Comme un mini tatouage. Les escarpins continuent, comme la saison précédente, à fendre l'air tellement ils demeurent effilées. Amanda Murphy porte un Marcel blanc et une simple culotte. Mais, la touche stylée s'inscrit dans la superposition de ces deux pièces avec une robe en gaze transparente, sans manches. Cela crée un effet de matière innovant et peu vu. Les broderies "Flashy", dans des tonalités Mandarine ou Canari, permettent de les dissocier plus clairement grâce à cette gaze chiffonnée. Les robes/manteaux, d'envergure classique, incorporent un jeu de perles argentés s'enroulant autour du cou. Celles-ci se fixent par une broche triangulaire au logo Prada. Le gris s'appose discrètement sur l'ensemble du vestiaire. Un gris usité par le secteur tertiaire. Un gris de travail. Le pull, col en V, efface les épaules par sa carrure bien trop ample. Une jupe plissée s'évase telle celle que Christian Dior avait dessinée après la seconde guerre mondiale. Le bombers Oversize de Sherry Shi se brode de nombreuses fleurs en rhodoïds, ton sur ton. J'exalte. En vert Kaki sur Julia Nobis. En bleu nuit sur Kendall Jenner mais cette fois avec des plumes. Le tout porté toujours avec ces fameuses jupes en gaze limpide. Kinga Rajzak enfile un lourd manteau en cuir kaki à se damner. Il a presque la configuration des trenchs militaires de la guerre 39-45. En chocolat pour Hannelore Knuts. En ébène, pour Arizona Muse et Querelle Janssen. Mais, le même manteau, version rose Barbie d'Emily Sandberg sera, certainement, pris d'assaut par toutes les fashionistas et influenceuses Mode. L'impact visuel reste dément. Trois pulls en cachemire se dénotent par leurs imprimés ancestraux et reconnus: le fer à cheval ou U, les mosaïques olivâtres et châtaigne et les polyèdres de plusieurs couleurs. Quelques manteaux et vestes se recouvrent sur les emmanchures de fourrures synthétiques dans des tonalités vert pomme, rose tendre ou bleu layette. Avec des plumes, sur les vestes d'América Gonzalez et Mica Arganaraz. Quelques blousons aviateurs finissent d'achever ce vestiaire idéal. Les sacs triangulaires s'accrochent en duo. Une présentation rondement menée par Miuccia Prada et Raf Simons. Une garde-robe qui invite à se projeter totalement dans l'ensemble de tous ces looks hivernaux qui persistent à être originaux et novateurs. Avec toujours une touche décalée et de folie maitrisée. Prada m'émerveillera toujours.

YG

Prada

Automne/Hiver

2022/2023

Prada double son chiffre d'affaires sur le 1er semestre 2022
Prada a connu le doublement de son bénéfice au 1er semestre 2022, avec un chiffre à hauteur de 188 millions d'euros. Ce sont surtout deux marchés qui font accroître les profits : l'Europe et les Etats-Unis. La réouverture au tourisme international a été un accélérateur et booster de ventes. A contrario, la Chine a connu un ralentissement de ses ventes avec la reprise de la pandémie de la Covid-19. Par conséquent, une fermeture partielle de ses réseaux de vente. Environ un tiers des boutiques ont été fermées. Sans omettre la fermeture de son réseau de vente en Russie dès le mois de Mars. Le chiffre d'affaires a clôturé à 1,9 milliards d'euros au 30 juin 2022. Une hausse à taux constant de 22% comparée à la même période en 2021. Tous les secteurs ont progressé : la maroquinerie avec +18% ; les chaussures avec +39% ; le prêt-à-porter avec +32% ; Avec l'augmentation de ses prix en boutiques, on peut aisément expliquer l'accroissement du chiffre d'affaires, donc du bénéfice. Une chemise Double Match qui coutait, juste avant la Pandémie de la Covid-19, entre 750 euros à 820 euros, le prix est dorénavant fixé à 1100 euros soit une augmentation de 350 euros. Soit une hausse de 50% en à peine deux ans. C'est le cas sur presque l'ensemble des articles. Si les clients demeurent présents pour dépenser de telle somme, libre à eux. Prada, sous l'influence de Raf Simons, à réorienter sa stratégie commerciale pour devenir une marque plus sélective, accessible à quelques privilégiés fortunés.
Iris Law chez IMG
Depuis qu'elle s'est coupée les cheveux, tout courts, puis décolorer en blonde platine, Iris Law possède un véritable air de ressemblance avec la chanteuse Miley Cyrus ainsi que la comédienne anglaise Emilia Clarke. C'est assez flagrant en couverture du magazine V Usa N°137 du mois d'Août 2022. Fille de Sadie Frost et de l'acteur Jude Law, Iris navigue actuellement dans l'univers du mannequinat. Née à Londres, le 25 octobre 2000, elle a deux frères, Rafferty et Rudy. En 2016, Iris est choisie par Christopher Bailey, ex-directeur artistique de Burberry, pour incarner l'image de la campagne Beauté Burberry. Puis, elle enchaine sur un lookbook Miu Miu. On commence à l'apercevoir en 2017 sur quelques éditoriaux : Jalouse par Daniyel Lowden et British Vogue par Emma Summerton. Puis, en 2018 sur ES magazine par Bella Howard. A ce moment, Iris a un look plutôt conventionnel. Un carré châtain, juste raccourci au-dessus des épaules. Des photos assez communes pour une débutante. Toutefois, Iris apparait comme un joli brin de fille, à la beauté classique. En 2020, on l'aperçoit sur un POP Magazine par Charlotte Wales, un Vogue Espagne par Liz Collins et à nouveau sur un POP Magazine par Mark Kean. En août 2021, elle se rase la tête et Alasdair McLellan lui tire le portrait pour le British Vogue. Néanmoins, c'est au sein du magazine Self-Service de l'Automne/Hiver 2021/2022 ou Iris aborde, décomplexée et, pour la première fois, sa décoloration blonde platine. Une facette punk qui lui va à ravir. Une manière de transiter directement de la petite fille sage vers la femme affirmée, délivrée. En 2021, elle signe un contrat avec la marque Dior Beauté et devient l'une des ambassadrices maison. Depuis le début de l'année 2022, Miss Law enchaine les meilleurs shootings avec, à nouveau, le British Vogue par Alasdair McLellan, Vogue Koréa par Hyea W.Kang, Interview Usa par Félix Cooper ou V Usa par Richard Burbridge. Ce qui induit forcément les bonnes campagnes publicitaires car l'on devient "Bankable et In" : Marc Jacobs Printemps/Eté 2022 par Mario Sorrenti, Iro Printemps/Eté 2022 par Lachlan Bailey, Versace La Vacanza Printemps/Eté 2022 par Camille Summers-Valli et Moschino Automne/Hiver 2022/2023 par Steven Meisel. On peut gager qu'Iris sera de tous les meilleures options en cette fin d'année 2022.
YG

Hanae Mori, Issey Miyake: deux légendes de la mode disparaissent

Ce mois d'Août 2022 n'aura pas été des plus radieux pour deux génies de la mode Japonaise. Issey Miyake et Hanae Mori ont rejoint le repos eternel, à une semaine d'intervalle. D'abord, Issey Miyake, âgé de 84 ans, est décédé le 5 août, à Tokyo. Ce maitre de la coupe architecturée a, notamment, popularisé son fameux plissé, "Le Fortuny", à travers le monde. Ce dernier demeura sa marque de reconnaissance avec son célèbre "Pleats Please", lancée en 1994. La recherche de nouveaux tissus l'intriguait passionnément. Il n'hésitait pas à mélanger différentes fibres, à filer le raphia ou le lin, matières peu usitées à l'époque. Il a réussi avec brio à introduire l'art du pliage japonais, l'origami, au sein de ses créations vestimentaires. Discret, il vouait à son art un amour sans borne. Il aimait les couleurs franches comme le bleu électrique, l'orange vif ou le vert sapin afin de mettre en valeur des coupes franches et sobres. La notion de confort et de fluidité demeuraient ses maitre-mots. Une autre de ses qualités s'inscrivait dans la transmission de son savoir-faire qu'il a su partager aisément avec ses nombreux assistants, afin qu'ils puissent prendre un jour la relève. C'est chose faite maintenant pour cet homme pudique et peu bavard.

Puis, la grande dame de la mode japonaise, Hanae Mori, a suivit en s'éteignant à l'âge de 96 ans, le 11 août. Toujours à Tokyo. Elle débuta en concevant des costumes pour le cinéma japonais. Notamment, en collaborant avec de grands réalisateurs comme Nagisa Oshima ou Yasujiro Ozu. Toutefois, dans les années 60, Hanae Mori souhaita diversifier son business en s'attaquant au milieu de la mode. Une rencontre avec Coco Chanel provoquera son déclic stylistique. Elle saisit que l'approche de la mode japonaise doit démarquer la femme et non la dissimuler. Première créatrice japonaise à intégrer le cercle très fermé de la haute-couture parisienne, en 1977, elle s'engagea pour la protection de la création artisanale japonaise et la valoriser. Elle souhaita indubitablement préserver cet artisanat exceptionnel de l'île du Soleil Levant. On discernera nettement cet artisanat au sein de ses collections avec ses kimonos, ses imprimés de cerisiers en fleurs ou d'oiseaux locaux. Reconnue pour ses magnifiques soies fleuries, Hanae Mori se fit remarquer pour sa passion des "papillons", réminiscence des champs de son enfance. Elle avait pressenti que l'ère informatique ferait chuter les capacités créatives de l'être humain. " Lorsque les êtres humains travaillent de leurs mains, leurs capacités créatrices s'amplifient " avait elle formulé en 2006. Son empire a été définitivement vendu et démantelé en 2004. Ne reste plus que parfums et boutiques à Tokyo comme dernières traces de son ère artistique. Ainsi, va la vie.

Paco Rabanne Automne/Hiver 2022/2023 par Julien Dossena
Cette saison, la maison Paco Rabanne a osé suggérer une présentation sous l'égide d'une pause méditative prolongée. Quelle idée formidable, rarement tentée. Avec une musique apaisante, adoucissante, ponctuée de longues respirations sonores, ces dernières se diffusent tel un lent narcotique tout le long de la présentation. On plane. On divague. On se laisse transporter vers un ailleurs. Il y a presque un début de transe. Redondante, la mélodie favorise un sentiment presque de paix et de recueillement intérieur. Un bien-être sincère lorsqu'elle demeure couplée aux jeux de lumières incessants, oscillant entre le parme et le mandarine, le jaune solaire et le pamplemousse. Des Tie & Dye harmonieux. Un véritable voyage intérieur pour ceux qui désireront ouvrir leurs chakras. Les chakras de la mode, bien évidemment. On demeure plongé, pendant dix minutes, dans une perception alternative de levés et couchés de soleil. Des faisceaux lumineux bienfaisants. Une voix monocorde répète à l'infini "Right Now, right now, right now". C'est maintenant qu'il faut prendre soin de soi, profiter de la vie, éveiller son être intérieur, tout en maintenant une attention assidue aux proches qui nous entoure. Le designer Julien Dossena a finement joué cette carte du positivisme en propulsant la collection Automne/Hiver 2022/2023 vers des dimensions supérieures. Akon Changkou ouvre avec clémence ce show attendu. Son look combine l'idée d'une robe chemise, anthracite, agrémentée d'une sur-jupe, taille haute, peut-être réalisée en tweed moucheté gris souris. Avec ses babies argentés, effilées, Akon possède tous les codes vestimentaires d'une adolescente bien comme il faut. Sofia Steinberg la suit avec son allure rentre dedans. Fonceuse, elle porte une robe en mousseline, imprimé bouquets, dont les manches fleurent presque les limites des mains. Son col immaculé, en épaisse dentelle, prend la configuration de "pelles à tarte". Un corset, losange bleu ciel, enserre sa taille. On ne discerne pas si celui-ci demeure intégré au look ou est superposé. Effet d'optique. Il y a presque une alliance appropriée entre rigueur et délicatesse assumée. Le top América Gonzalez se voit affublé d'une combinaison pantalon ébène dont le corset Ciel prend le pourtour d'un "Panty". Julia Nobis dévoile une robe rose bonbon dont la partie supérieure s'inspire d'uniforme de gymnaste, véritablement seconde peau. En élasthanne probablement. Puis, la partie inférieure se modifie vers une configuration "corolle". Les manches ultra-longues ne laissent plus apparaitre le bout des doigts lorsque Mao Xiaoxing enfile son top seconde peau argentin, rebrodé de laconiques pois miroir. Beaucoup de jupes courtes pour cet hiver. Des volants aussi qui se chevauchent, se superposent. Il y a du volume. On s'en amuse. Peut-être un moyen inconscient de garder encore un peu ses distances. Les épaules sont resserrées et étranglées. Quelques ensembles se construisent d'une seule et même pièce, même si elles laissent transparaitre le contraire. Les jupes se fendent sur la cuisse. J'adore la robe bustier d'Ashley Radjarame qui laisse apparaitre discrètement, sur le pourtour de la poitrine, un lé en fer argenté. Comme un lien discret entre passé et présent de la maison. Un point essentiel de l'écriture stylistique de Monsieur Paco Rabanne. Le gilet en mohair Beige, tout doux, à la dizaine de petits boutons dorés, recouvre des couleurs Tie & Dye sur ses périphéries. Des sequins anthracite investissent le look de Giselle Norman. Sa jupe se gonfle, enfle. Dans le dos, un nœud démesuré, toujours en sequins, chute avec grâce sur son séant. La taille demeure souvent marquée. Les boucles d'oreilles d'Oudey Egone évoquent presque la forme de gramophones. Métal. Finalement, Julien Dossena intègre, lors de cette présentation, des détails stylistiques redondants avec notamment les manches bouffantes, traines, volants qui s'amoncellent, froufrous, cotonnades en dentelle, mohair, jupes fendues et jeux de plissés. Sans omettre l'identité primordiale de la marque : le fameux métal argenté qui prend, ici, une fluidité déconcertante. Que l'on découvre notamment sur les dernières robes de déesses grecques en couleur argenté, rosé et doré. Un vestiaire féminin dont le bien-être corporel demeure le maitre mot.
YG

Paco Rabanne

Automne/Hiver

2022/2023

Campagnes Publicitaires PAP Automne/Hiver 2022/2023

Les visuels publicitaires prêt-à-porter continuent de paraitre au sein des magazines, se propageant comme une trainée de poudre sur l'ensemble des réseaux sociaux. Moschino a décidé de réaliser des photos de groupes, en noir & blanc. Des clichés désuets mais qui collent parfaitement à l'esprit maison, toujours décalée et dont l'humour semble le maitre mot. L'inspiration demeure sans conteste celui d'une séance photographique à la "Elsa Schiaparelli". On y retrouve les tops indétrônables comme Imaan Hammam, Maria Carla Boscono, Shalom Harlow ou Sora Choi, accompagnés des petites dernières comme Iris Law ou Mila van Eaten. Olivier Rousteing a opté pour le duo britannique Mert Alas & Marcus Piggott pour sa campagne Balmain. Une atmosphère curieuse, voire lunaire, car l'on retrouve ses héroïnes dans une carrière de sable, agrémenté d'un bassin rectangulaire "Vert Bottega Veneta". Quel est le message ? Pas compris. Un casting inclusif avec Aweng Chuol, Cherif Douamba, Chu Wong, Claus Royo, Lila Moss, Lulu Wood, Mukasa Kakonge, Tanya Churbanova et Tye Tubbax. Quand à la maison Versace, reconnue pour ses imprimés puissants, dérivés de l'Antiquité et de ses mythes, elle investit une image plutôt sombre et gothique. On oublie le bling-bling d'une Gigi Hadid ou Bella Hadid pour virevolter vers des jeunes filles, plus Dark, aux carrées noir corbeau : Mila van Eaten, Smilla Osswald et Yilan Hua. S'y additionne Avanti Nagrath, Lulu Wood, Mary Ukech, Parker van Noord, Reece Nelson et Sofiane Belaasri. Une belle brochette de la jeune génération. Acne Studio se la joue minimaliste avec l'indémodable Julia Nobis, shootée sur un fond de mur blanc. Simple mais ca marche à chaque fois. Le label Tod's fait appel à Karim Sadli pour mettre en valeur la dernière collection maison. C'est un voyage au sein d'un palais italien, situé à côté de Milan. Rebecca Leigh Longendyke, Maty Fall Diba, Ludwig Wilsdorff et Takfarines Bengana passent une agréable journée, pique-nique au sein d'un jardin arboré. Rafraichissant. La maison Dior poursuit sa collaboration avec la photographe Brigitte Niedermair. Des photos léchées ou un énorme casier, rouge sang, intercalent natures mortes et beauté atypique des nouvelles muses maison : América Gonzalez, Maryel Uchida, Philyne Mercedes et Sofia Steinberg. Quant à Blumarine, le label nous invite à le suivre dans un road-movie un peu déjanté avec l'aide du top Sasha Pivovarova. Un début de fête, une route, de la vitesse, une voiture qui se retrouve rapidement au fond d'une piscine d'une villa de banlieue. Sasha Pivovarova fait sa belle sur la carrosserie rutilante, boit du champagne, entourée d'eau. Rien ne la perturbe. Petra Collins est derrière l'objectif. C'est totalement "foufou" mais carrément créatif et artistique. J'adore cette campagne. La suite au prochain numéro.

YG
Révélations des podiums Automne/Hiver 2022/2023
YG
Alaato
Anipha
Anyiang
Anyier
Arta
Avanti

Jazyper
Umufite
Yak
Anei
Gee
Nagrath
Women
Elite
Women
Elite
Girl
Women
YG
Awek
Beauise
Camille
Diana
Dyanira
Eden

Gak
Ferwerda
Chifflot
Achan
Hurbuscher
Kassner
Premium
Plateform
Supreme
Girl
Elite
IMG
YG
Ella
Ella
Hanna
Kate
Livia
Lulu

McCutcheon
Rattigan
Felding
McNamara
Eduarda
Rohr
Ford
Ford
Diva Models
Premium
Why Not
Next
YG
Luoyi
Mammina
Marie
Mary
Megan
Nazarit

Luoyi
Aker
Kippe
Ukech
Miles
Machin
Oui
Select
Elite
IMG
Oui
IMG
YG
Puck
Raelynn
Smilla
Tida
Victoria
Zair

Schrover
Bumgardner
Osswald
Rosvall
Nkwuda
Cheseaux
Ford
Ford
Viva
IMG
Women
Supreme
YG
 
Lire les actualités du mois de Août 2022
 
Tops à Suivre en 2022
- Abby Champion - Achenrin Madit - Adit Priscilla - Adut Akech - Akon Changkou - Amar Akway - Anok Yai - Ashley Radjarame - Assa Baradji - Aylah Peterson - Blesnya Minher - Britt Oosten - Cyrielle Lalande - Deirdre Firinne - Dija Kallon - Essoye Monbot - Felice Nova Noordhoff - Fran Summers - Giselle Norman - Greta Hoffer - Hailey Bieber - Hyun Ji Shin - Iris Law - Jill Kortleve - Kaia Gerber - Klara Kristin - Laiza de Moura - Lila Moss - Lola Nicon - Loli Bahia - Louise Robert - Lydia Kloos - Maike Inga - Malicka Louback - Malika El Maslouhi - Mariam de Vinzelle - Mariel Uchyda - Maty Fall Diba - Merline Schorren - Mika Schneider - Mila Van Eeten - Miriam Sanchez - Mona Tougaard - Nora Attal - Oudey Egone - Paloma Elsesser - Pan Haowen - Precious Lee - Quannah Chasinghorse - Quinn Elin Mora - Rebecca Leigh Longendyke - Sacha Quenby - Sarah Grace Wallerstedt - Sofia Steinberg - Tianna St.Louis - Tindi Mar - Ugbad Abdi - Vilma Sjoberg - Vivienne Rohner -
YG
YG
 
This website is not a commercial site. It is just an infomation website and an homepage about fashion world. All pictures are the property of their respective owners. If you own the copyright to any picture on this site and would like it removed , PLEASE E-Mail me and it will be removed immediately.
/ Rédacteur en chef et Webmaster de planete-mode.com / Contact /