PlaneteMode.com
 
News
Novembre/Décembre 2020
Par Yann Gabin
 

Des décalcomanies de joyeux dauphins sautant, bondissant, cabriolant et caracolant autour du regard bleu lagon et turquoise de Rianne von Rompaey, quelle étrange idée. Assez osée pour une couverture du mois de Novembre. Un close-up Beauté en Une de Vogue Paris demeure un fait rare pour ne pas le mentionner. Surtout pour ce magazine de Mode prestigieux. Toutefois, ce curieux visuel résume parfaitement l'état d'esprit de ce mois confiné : rester cool chez soi, tout en restant positif.

Rianne von Rompaey chez Viva

Originaire de Wageningen, en Hollande, c'est en envoyant quelques photos à l'agence Paparazzi que Rianne van Rompaey devient mannequin. Âgée de vingt trois ans, elle est la nouvelle Star du modeling. En trois mots : Rianne est partout. De tous les meilleurs jobs de la planète Mode. Aussi, elle est l'une des muses du designer chouchou de la presse Mode : Nicolas Ghésquière. Après avoir défilé pour la première collection Vuitton Automne/Hiver 2014/2015, Rianne van Rompaey a l'immense honneur d'ouvrir le premier show Croisière Vuitton 2015, à Monaco. Elle enchainera, ainsi, plusieurs collaborations avec la maison Vuitton, notamment en posant pour les campagnes publicitaires majeures (Printemps/Eté 2015, Automne/Hiver 2016/2017 et Printemps/Eté 2017) par Juergen Teller ou Bruce Weber. Le designer Maison la pousse, aussi, sur quelques éditos phares : "Spécial Mode Vuitton" pour Ladies Magazine par Juergen Teller; Vogue Paris, "Spécial Ghésquière", photographié par Karim Sadli. WSJ magazine "Spécial Vuitton", mis en image par le photographe Jamie Hawkesworth. Au delà de cela, la beauté singulière de Rianne van Rompaey correspond totalement à l'image que Nicolas Ghésquière veut renvoyer de la femme Vuitton : contemporaine mais intemporelle, libre mais attachée aux valeurs essentielles de la vie, artiste mais avec cet esprit de folie maitrisée. Favorite du Vogue Paris, Rianne van Rompaey a prêté son image aux plus belles maisons de l'avenvue Montaigne allant de Valentino à Chanel, Alexander McQueen à Bottega Veneta, Prada à Coach, Hugo Boss à Salvatore Ferragamo, Isabel Marant à Moschino, Chloé à Burberry, Loewe à Versace. Bref, une brochette de maisons luxueuses, faisant de Rianne la reine incontestée du Modeling.

YG
Les couvertures à retenir au mois de Novembre 2020

Rianne Van Rompaey pour Vogue Paris ; Naomi Campbell pour Vogue Usa ; Serena Williams pour Vogue Grande-Bretagne ; Alex Andrew et Georgia Palmer pour Vogue Italie ; Vittoria Ceretti pour Vogue Japon ; Raquel Zimmermann pour Vogue Allemagne ; Indya Moore pour Vogue Espagne ; Lulu Tenney pour Vogue Russie ; Liu Wen pour Vogue Chine ; Duda Beat, Preta Gil et Rita Carreira pour Vogue Brésil ; Romee Strijd pour Vogue Hollande ; Jourdan Dunn pour Vogue Turquie ; Katie Holmes pour Vogue Australie ; Christian Serratos pour Vogue Mexico ; Lily Collins pour Vogue Arabie ; G-Dragon pour Vogue Koréa ; Sharon Stone pour Vogue Grèce ; Tilda Swinton pour Vogue Ukraine ; Magdalena Boczarska pour Vogue Pologne ; Irina Shayk pour Vogue Tchécoslovaquie ; James Charles pour Vogue Portugal ; Equipe national de Hockey, Shialaja et Gita Gopinath pour Vogue Inde ; Malika Louback et He Cong pour Vogue Singapore ; Zendaya pour Vogue Hong-Kong ; Astrid Bergès pour Vogue Thaïlande ; Yura Nakano pour Vogue Taiwan ; Assa Baradji et Barbaba Valente pour Numéro France ; Penelope Ternes et Yoshiki pour Numéro Tokyo ; Michaela Coel pour W Usa ; Kesewa Aboah pour Allure Usa ; Kamala Harris pour Elle Usa ; Letitia Wright pour Elle Uk ; Liya Kebede pour Harper's Bazaar Usa ; Lily James pour Harper's Bazaar Uk ; Valentina Sampaio pour Harper's Bazaar Espagne ; Björk, Kendrick Lamar, Ama Elsesser, Daan Duez, Ilona Desmet, Kristen McMenamy, Lily McMenamy, Sage Elsesser et Paloma Elsesser pour i-D Magazine ; Emma Mackey pour Porter Magazine ; Giulia Maenza pour Marie-Claire Italie ; Viriginie Efira pour Marie-Claire France ; Anna Ewers, Ayla Peterson et Kristen McMenamy pour Self-Service ; Bella Hadid, Erin O'Connor, Lily McMenamy, Nyasha Matonhodze, Sienna Miller et Rafferty Law pour Love Magazine ; Koffee, Lous and the Yakuza, Emily Miller et Michelle Laff pour POP Magazine ; Adèle Farine, Assa Baradji, Fernando Cabral, Irène Guarenas, Jill Kortleve, Klara Kristin, Malika El Maslouhi, Maty Fall et Paul Hameline pour Purple Magazine ;

Prada Automne/Hiver 2020/2021 par Miuccia Prada

C'est un décor à la fois étrange, contemporain, intriguant et hypnotisant qui accueille les invités de la présentation Prada Automne/Hiver 2020/2021. Telle une tribune de stade, les spectateurs perchés sur des gradins, peuvent discerner deux cours jumelles, scindées par des patios de couleur vermeil. Cette double arène, aux proportions équilibrée, demeure étayée, au sol, par un jeu de lignes sombres et laiteuses ébauchant, de ci-delà, des fleurs de lotus stylisées. N'omettons pas de mentionner en son milieu, le canevas de deux Atlas gigantesques, à la tonalité carmin, désigné par le studio OMA ; Studio de l'architecte Rem Khoolas. Les arches de l'atrium s'enluminent de faisceaux lumineux rouge vif. Tel l'enfer. Ou telle la couleur du cœur, de la fougue amoureuse. Une allégorie des plaisirs infernaux. Regard flegmatique et distant, stature engagée, pas cadencés, Meghan Collinson ouvre le show avec détermination. Avec un look strict, à la "Working Girl". Cheveux longilignes, tirés en arrière. Sa veste gris-souris, aux larges épaules, un tantinet boursouflé, ne laisse pas loisir à l'amusement. Classique mais efficace, cette dernière se resserre par une ceinture à la boucle cabochon. La jupe longue s'étire aux genoux par une myriade de fils fugaces Charbonneux. Ca virevolte, ça vole, ça pirouette, ça dévoile les jambes subrepticement. Jusqu'il faut pour rester bienséant. On demeure circonspect chez Prada. Le manteau s'immobilise à la cheville. Il se découpe en deux parements distincts afin de laisser entrevoir quelques segments de peau. Les pull-overs, en cachemire, se façonnent sans manches, et s'enfilent sur une chemise sans manches ; aussi. Seul le col dépasse avec les fameux imprimés Maison : iris stylisées, cubes 3D ou à géométrie variable. C'est selon. Les tonalités de "jour" glissent vers des Noir mat, gris souris ou Camel. Les épaules demeurent très marquées, quasiment musculeuses avec les dodues doudounes aux tonalités grenat, sable ou gris acier. Des teddys, en fausse fourrure, habillent de longues jupes fendues sur toute la longueur des jambes. Des pulls douillets, chinés ou pas, aux couleurs automnales, se brodent de longs lanières perlées. Les transparences font leur apparition autour de jupes en mousseline légère dont les tonalités oscillent entre le clair et l'obscur. Seul le désir orientera le choix de la couleur. La tunique transparente Chair de Rianne Van Rompaey se rehausse de délicats volants jabots, sur le pourtour du buste. Cette combinaison aérienne s'enfile sur une simple brassière et un collant, couleur rocaille. Un "outfit" parfait pour rester chic à la maison ou s'encanailler tout en maintenant une respectabilité certaine. Toutefois, deux robes cristallines en jettent plein la vue. Celle de Maike Inga, couleur mimosa et celle d'Adut Akech, couleur Parme. Célestes et rebrodés de milles sequins, elles sont les deux joyaux de la collection. Pour celles qui auront les moyens, pas de choix possibles. On empoigne les deux. A point c'est tout. Nombreux manteaux s'inscrivent dans une veine " d'éco-responsabilité " puisque ceux-ci sont confectionnés à partir de matières recyclées. Quelques uns se vernissent de teintes dragées ou caramel. A croquer. D'autres sont, cependant, réalisés en peau de mouton retourné chocolat. Quelques looks de la ligne Linéa Rosa viennent ponctuer la collection. Les blousons en nylon, aux cols cheminés, se colorent de violine, vieux rose ou ébène. Avec la fameuse ligne rouge sur la poitrine. Les collants demeurent dans des tonalités vives d'émeraude, lapis-lazulis, citron, fuchsia. Des bottes de chantier se brossent d'intonation de guimauves. On valide même s'il y a une petite pointe extravagante. Le soir, on demeure dans la même veine que la journée mais avec un peu plus d'éclat et de préciosité. Les robes en mousseline se cousent de milliers de filins, s'agrippent de broderies géométriques, mais s'enfilent avec des baskets futuristes de la collection masculine, aux couleurs turquoise, rubis ou simplement blanc immaculé. Deux pyjamas, en soie, closent la présentation par un imprimé fleuri de toute beauté. Peut-être d'oblongues roses sauvages, avec un savoureux accent asiatique. Surement japonais. Une collection radieuse et désirable qui donne une envie irrésistible de pousser les portes des boutiques parisiennes.

YG

Prada

Automne/Hiver

2020/2021

Balenciaga Fall 2021 - AfterWorld / The age of Tomorrow.
La maison Balenciaga a décidé de présenter sa nouvelle collection Fall 2021 de manière novatrice, totalement différente des saisons passées, en utilisant un support médiatique, encore peu usité par les maisons de luxe, mais dont raffole une cible plus jeune : le jeu vidéo. Intitulé "Afterworld/The Age of Tomorrow", ce jeu, mêlant des scenarios mythologiques et futuristes, a été spécialement créé pour cette saison précise. A découvrir, le 6 décembre 2020 dès 14h00. On n'en dira pas plus. Quelques maisons de luxe s'étaient déjà essayées à l'expérience du jeu vidéo en incluant des pièces de leurs collections prêt-à-porter comme Burberry avec la création de ses propres jeux vidéo comme "B Bounce" et "Ratberry" ainsi que Fila qui proposait une collection Capsule via le célèbre jeu "Animal Crossing : New Horizon". On ne peut pas nier que la pandémie de Covid-19 a probablement accéléré le processus. Cette manière d'exposer des vêtements virtuellement peut être un excellent moyen de faire découvrir l'identité d'une marque à ceux qui ne s'intéressent pas du tout au monde de la mode. De susciter une envie de look "Trendy", chez un joueur. Mais, inversement, de faire découvrir un univers numérique à un non joueur. Passant de plus en plus de temps à la maison, notamment derrière les écrans, il découle, à fortiori, que l'emploi des jeux vidéos va prendre de plus en plus de place dans nos vies intimes. Cette communication innovante, de la part des maisons de luxe, a pour finalité de tenter de nouvelles cibles. Probablement, que cette clientèle plus classique aura plus de mal avec les plates-formes de jeux vidéo, mais les plus jeunes seront certainement là pour les épauler. Un excellent moyen de rapprocher les générations et créer du lien social.
Vaughan Ollier Chez Girl
Vaughan Ollier fait partie de cette nouvelle génération de mannequins qui a du chien, qui cultive un look singulier et par conséquent dégage une véritable Aura. Vaughan ne fait pas partie de ces poupées normatives et stéréotypées. Originaire d'Australie, de Coffs Harbor exactement, elle grandit pourtant à Dallas, au Texas. A 17 ans, en se déambulant dans un magasin à Dallas, elle bouscule accidentellement une femme et tombe nez à nez avec la directrice d'une agence de mannequins. Cette dernière tombe sous le charme et lui demande de venir faire un rendez-vous. Rencontre ses équipes. Une bonne rencontre mais pas pour tout de suite. Après avoir achevé ses études en Australie, Vaughan trouve l'idée intéressante de tenter l'aventure dans le modeling, afin d'explorer sa facette créative. Avec une petite coupe effilée, un visage oblong, de grands yeux verts et un petit nez fin, la morphologie de Vaughan me fait penser à celles des mannequins stars des années 60, comme Twiggy. Agée de 23 ans, Vaughan se fait remarquer des gens qui comptent en ouvrant le show Marc Jacobs pour le Printemps/Eté 2020 dans sa longue robe Mandarine, rebrodée de petites pâquerettes immaculées. Pour celle qui n'avait jamais défilé pour un show prestigieux, elle avoue avoir été très nerveuse lors du début du show. Un moment dont elle est très fière maintenant et qu'elle est loin d'oublier. D'ailleurs, Marc Jacobs la choisira pour en faire une de ses égéries pour la campagne éponyme Printemps/Eté 2020. Fan de Pilate, elle suit des classes régulièrement tout en l'étudiant. Quand elle ne travaille pas, elle passe 90% de son temps à s'améliorer et à apprendre les rudiments du Pilate afin de décrocher son diplôme d'instructeur. Pour celle qui se serait probablement diriger vers une carrière juridique ou sociale, le mannequinat lui a permit de découvrir une autre manière de voir la vie, et de concevoir que tout peut changer d'une journée à l'autre. La vie peut réserver de bonnes surprises. A bon entendeur.
YG

La liste des finalistes du Woolmark Prize 2021

Les designers Thebe Magugu et Kenneth Ize font partis des nouveaux finalistes du concours de l'International Woolmark Prize 2021, au côté de Bethany Williams (Uk), Matty Bovan (Uk), Lecavalier (Canada) et Casablanca (France). Thebe Magugu (Afrique du Sud) et Kenneth Ize (Nigéria), designers issus du continent africain, avaient déjà été repérés lors du fameux Prix LVMH, à Paris, en 2019. Le Woolmark Prize récompense de jeunes designers qui utilisent, dans certaines de leurs pièces vestimentaires, de la laine vierge mérinos. Mais, ce n'est pas tout. Le but étant aussi de présenter un savoir-faire traditionnel original, de démontrer une certaine innovation dans le design des tissus, de prôner une excellence et une durabilité des vêtements, tout en respectant une transparence dans la chaine d'approvisionnement des matières premières. Pas toujours simple quand on lance son Business. Toutefois, ces notions élémentaires et logiques entrent plus facilement dans le model économique des jeunes créateurs que ceux de créateurs plus établis. Le jury n'a pas encore rendu sa copie définitive. Toutefois, celui-ci se compose de noms prestigieux de la mode comme Naomi Campbell, Tim Blanks (Critique et journaliste de Mode), Sinéad Burke (Professeur de Mode), Manish Arora (Designer Indien), ainsi que certains journalistes provenant des éditions de Vogue, Women Wear Daily, i-D ou Garage Magazine.

Chanel Automne/Hiver 2020/2021 par Virginie Viard
Un décor d'une blancheur immaculé attend les invités du show Chanel Automne/Hiver 2020/2021. Un set design recouvrant l'esprit de strates géologiques que l'on peut observer, notamment, sur les maquettes 3D, représentant les lignes d'altitude des reliefs montagneux. Élémentaire mais basique. On discerne, depuis le funeste départ de Monsieur Lagerfeld, un dépouillement drastique des mises en scène des défilés. Une manière, peut-être, de mettre en valeur plus distinctement la richesse des vêtements Maison. De focaliser l'œil sur chaque pièce et non plus sur un décor majestueux pouvant masquer les looks. Ainsi, ces strates géologiques se convertissent en gradins épurés permettant d'accueillir les invités du jour, toujours plus nombreux et excités de découvrir la collection Prêt-à-porter de Virginie Viard. Aussi, peut-on le noter, Chanel sera l'un des derniers défilés à accueillir autant de monde car la Crise du Covid-19, sous-jacente, viendra mettre un terme définitif au rassemblement de centaine de personne dans un espace aussi restreint. Néanmoins, profitons de ce dernier souffle de liberté pour découvrir une collection résolument vive et pétillante. Les deux visages maison actuels ouvrent la danse avec empressement. Le trois-pièces vert amande de Rianne Van Rompaey s'accouple merveilleusement avec le complet Anthracite, type "Gaucho", que porte Vittoria Ceretti. Les bottes, en cuir souple sombre, se retournent sur elles-mêmes pour exhiber une jolie tonalité Tabac. Il y a de la mini-cuissarde à la sauce "mousquetaire" dans l'air. Mais, attention, ces dernières ne se rehausseront pas au dessus du genou. On perçoit deux grosses tendances. La première s'incarne par de nombreux basiques se revêtissant du noir et blanc. Tout Blanc. Tout Noir. Ou blanc et noir. Bref, on cible la majorité de la clientèle. C'est primaire mais pas rudimentaire. Ils symbolisent, inconsciemment, cette mode qui se veut durable, constante, continue et qui se prolongera certainement plus d'une seule saison dans les gardes robes internationales. Un style pour tout temps et fondamentalement pour longtemps. Puis, une deuxième tendance, celle de l'air du temps, incarnant le style hivernal 2020/2021 avec ce jeu de tonalités bien formulées telles que le fuchsia ou l'absinthe, s'accouplant avec à des textures savamment choisies comme le Mohair ou le Tweed brodé et perlé de sequins. Les bijoux aux cabochons de pierres précieuses habillent un bracelet ou une ceinture à la fameuse chaine dorée. Un pull en cachemire recouvre une croix géante baroque me remémorant le look de la première couverture du Vogue américain d'Anna Wintour. Ce dernier s'agrippe d'un Pantalon "Gaucho", en cuir souple étincelant, s'ouvrant par un jeu de boutons dorés sur toute la longueur des jambes ; comme sur le top français Othilia Simon. Une veste matelassée ébène recouvre l'idée du matelassage du dernier Sac maison "Star". Les manteaux frôlent le sol avec gravité. Le froid ne circulera pas. Les imprimés demeurent discrets et moins voyants que les saisons passées. Le look le plus cool s'incarne par un délicat haut, blanc cassé, maintenu par deux rubans en "gros grain", combiné par une jupe ténébreuse aux milles franges plexi, ouverte latéralement. Le tout ennobli de nombreux colliers de chaines dorées. Un excellent compromis pour un style Chanel "Sexy-Classy". Un point innovant germe dans la manière de dévoiler le défilé. Les filles peuvent se la jouer solo, duo ou trio. Des interactions intéressantes car les filles échangent et sourient sur le podium. Cela fait du bien. Quelques couvre-chefs "Bombes équestres" étayent certains looks. Un rappel de circonstance pour ne pas omettre l'une des inspirations de la collection, l'univers équin. Au cas où on ne l'aurait pas saisi. Si on souhaite sortir le grand jeu, on peut opter pour une robe sombre, aux manches "Ballon de rugby". Celles-ci peuvent s'enorgueillir de fines plumes d'autruches ou recouvrir l'apparence de demi-lune comme sur la robe longiligne et charbonneuse de Luna Bilj. Ça en jette. Avec une garantie de transformer l'essai. Une présentation qui se veut bienveillante et plaisante. Pas de chichi ni de fanfreluches. Seuls les basiques maisons comptent.
 

Chanel

Automne/Hiver

2020/2021

Les Fashion Weeks 2021 auront-elles lieu ?.
Avec la crise mondiale du Covid-19, on peut s'interroger, une fois encore, si les principales Fashion-Week (New-York, Londres, Milan et Paris) auront lieu en 2021 ? Milan assure déjà, auprès de ses nombreux amateurs, que ses deux prochaines Fashion-Week pour l'Automne/Hiver 2021/2022, à savoir celle pour l'Homme, du 15 au 19 janvier, et pour la femme, du 23 février au 1er mars, auront bien lieu. Quant à la Fashion-Week masculine de Londres, les dates demeurent dès maintenant annulées. Toutefois, Londres garde sa Fashion-Week féminine du 19 au 23 février. Aussi, le British Council, souhaite profiter de cette période pour organiser les présentations masculines. Pas évident de fusionner deux calendriers sur une période aussi courte notamment, lorsque l'on doit réduire les interactions entre individus et le nombre d'invités. Une réorganisation des calendriers qui devrait être drastique. Un véritable casse-tête. Toutefois, on ne peut prédire quelles formes prendront les prochains défiles. Un retour au classique podium ? Une vidéo numérique ? Un photo shoot ? Une chorégraphie avec des danseurs ? Un film avec des acteurs ? Un show-room ? Des rendez-vous via visioconférence ? Etc… Bref, tout dépendra de la suite de la pandémie de Covid-19. Les présentations seront pour le plus grand nombre, incontestablement, numériques. D'ailleurs, les défiles en live ont connu un énorme succès. Lors de la Fashion-Week Milanaise, en septembre, celle-ci a pu se targuer d'avoir attiré plus de 45 millions de vues, sur 5 jours. Nonobstant, on ne peut nier que les présentations physiques demeurent irremplaçables et qu'elles sont le meilleur faire valoir des maisons de luxe. Elles demeurent le vecteur indéniable pour booster et générer du chiffre d'affaires. Selon une enquête de la " Confindustria Moda ", principale organisation du secteur, le secteur de la mode italienne aurait perdu plus de 29 milliards sur les 9 premiers mois. Une véritable catstrophe économique. Alors, on souhaite que cette pandémie tragique se tarisse au plus vite afin de ré enchanter nos vies et nos dressings.
 
Révélations des podiums Automne/Hiver 2020/2021
YG
Allana
Alyda
Andréa
Antonia
Astrid
Aylah
Santos Brito
Grace Carder
Langfeldt
Przedpelski
Voss
Peterson
Next
Oui
Elite
Premium
Brave
Oui
 
Chiara
Cléa
Cynthia
Denise
Effie
Elena
Bimbatti
Beuret
Arrebola
Ascuet
Steinberg
Korotich
Women
Women
Next
Oui
Oui
Oui
Elisa
Grace
Holly
Isabel
Laiza
Laura
Mitrofan
Clover
Fischer
Monsees
de Moura
Reyes
Models 1
IMG
Elite
Le bureau
Viva
IMG
YG
Madeleine
Malaika
Maryel
Maty
Mia
Precious
Fischer
Holmen
Uchida
Fall
Brown
Kevin
Women
Next
Women
IMG
Elite
Premium
YG
Puma-Rose
Sihana
Suza
Vaughan
Viktoria
Yidan
Buck
Shalaj
Przulj
Ollier
Lulko
Huang
Next
IMG
Elite
Girl
System
Oui
YG
 
Lire les actualités des mois de juillet/Août 2020
 
 
New-Faces à suivre en 2020
- Abby Champion - Cynthia Arrebola - Cyrielle Lalande - Deirdre Firinne - Felice Nova Noordhoff - Hyun Ji Shin - Jill Kortleve - Lola Nicon - Maggie Maurer - Maria Miguel - Mika Schneider - Miriam Sanchez - Olivia Vinten - Oudey Egone - Pan Haowen - Tian Yi - Ugbad Abdi - Vaughan Ollier - Vilma Sjoberg - Zso Varju -
Au Top en 2020
- Adesuwa Aighewi - Adut Akech - Anok Yai - Bente Oort - Blesnya Minher - Cara Taylor - Erika Linder - Florence Hutchings - Fran Summers - Giselle Norman - Grace Elizabeth - Halima Aden - Hannah Motler - Hayett McCarthy - Hiandra Martinez - Kaia Gerber - Kerolyn Soares - Kris Grikaite - Licett Morillo - Lulu Tenney - Maike Inga - Mariam de Vinzelle - Mona Tougaard - Nora Attal - Rebecca Leigh Longendyke - Remington Williams - Sarah Grace Wallerstedt - Signe Veiteberg - Sofia Steinberg - Teddy Quinlivan - Véronika Kunz -
 
YG
 
This website is not a commercial site. It is just an infomation website and an homepage about fashion world. All pictures are the property of their respective owners. If you own the copyright to any picture on this site and would like it removed , PLEASE E-Mail me and it will be removed immediately.
/ Rédacteur en chef et Webmaster de planete-mode.com / Contact /