PlaneteMode.com
 
The.Fashion.Kiosq
 
News
Mai 2021
Par Yann Gabin
 

"Singular" titre la nouvelle édition du Vogue Espagne du mois de Mai 2021. Expression se disant d'un caractère exceptionnel, de ce qui se distingue. Paloma Elsesser se caractérise absolument par sa beauté évidente, son entendement, sa bienveillance, ses courbes volupteuses et son combat sur l'inclusivité. Une singularité qui pourrait être le vocable adéquat pour définir intensément ce mannequin militant et porte-parole du "Body Positive". La célébrer en Une parait comme une victoire de plus sur toutes ces unicités qui sont rarement affichées car souvent masquées.

Paloma Elsesser chez IMG

Paloma Elsesser a tout gagné cette année. Le vote de l'industrie de la mode pour le titre de mannequin de l'année 2020. La couverture du Vogue Américain du mois de Janvier 2021 par la photographe Annie Leibowitz. Mais aussi une place de Leader/Leadeuse. Depuis trois années, Paloma truste les Une des magazines comme celles des Vogue Britannique, Mexico, Espagne, Pologne ; ou du magazine i-D et Zeit Magazin. Une énorme surprise pour cette américaine qui n'aurait jamais pensé atteindre, un jour, le firmament des plus belles "filles en vue". Tout simplement parce que Paloma ne possède pas les proportions idéales, édictées par les designers et directeurs de castings, pour faire partie intégrante des canons de beauté habituelle. Ce fameux 1m80 pour 60/90/60, inatteignable par de nombreuses femmes. Au-delà de ces fichus règles, la beauté de Paloma Elsesser découle d'un savant mélange chilien et suisse de par son père et afro-américain de par sa mère. Pour celle qui étudiait la littérature et la psychologie à la Manhattan's New School, le mannequinat ne semblait vraiment pas une voie de prédilection. C'est Pat McGrath qui la découvre via son compte instagram @palomija. Cette star du Make-up recherchait pour sa ligne de maquillage des beautés authentiques, ethniques, différentes de ce que l'on pouvait apercevoir dans les pages des magazines de mode. Elle la trouve captivante et la contacte. Paloma accepte, bien évidemment. Difficile de refuser une telle offre, notamment lorsqu'elle provient de la Number One des Make-up Artistes. Ainsi, Paloma est catapultée sous les spotlights. En même temps, un nouveau groupe de créatifs se développe, composé de photographes, stylistes et designers de couleurs (comme Tyler Mitchell ou Carlos Nazario), dont la mission à terme est de représenter et valoriser la diversité ethnique au sein du milieu de la mode à la mentalité, parfois, étriqué. Ainsi, Paloma développe son image et enchaine les shootings : Teen Vogue par Jérôme Corpuz, Allure par Frances Tul Hart, In Print par Benedict Brink, Elle Usa par Ben Ritter, Glamour Us par Miguel Reveriego, Allure par Emma Summerton, CR Fashion Book par Eric Chakeen. En Mars 2017, premier gros shoot pour le Vogue Usa avec Inez Lamsweerde & Vinoodh Matadin. Puis, tout s'emballe. Elle devient rapidement incontournable. Paloma décide de faire de son physique un atout pour se battre pour une représentation nouvelle de la femme au sein de la presse féminine et des médias en général. Elle devient l'un des catalyseurs du changement sur la perception du corps féminin. Le fameux "Body Positive". S'accepter tel que l'on est. Paloma devient l'une des militantes et voix de l'inclusivité au sein de ce business. La beauté peut exister au travers d'une femme multiraciale, petite et plantureuse, défauts compris. Une voix, un guide, pour toutes celles qui ne s'identifient pas au cliché de la Suédoise.

YG
Les couvertures à retenir au mois de Mai 2021

Hailey Bieber pour Vogue Paris ; Amanda Gorman pour Vogue Usa ; Thandiwe Newton pour Vogue Grande-Bretagne ; Amar Akway, Anna Ewers, Caren Jepkemei, Grace Hartzel, Greta Hofer, Jill Kortleve, Loli Bahia, Maty Fall Diba, Miriam Sanchez, Quinn Mora, Rebecca Leigh Longendyke, Selena Forrest et Sora Choi pour Vogue Italie ; Imaan Hammam pour Vogue Japon ; (?) pour Vogue Allemagne ; Paloma Elsesser pour Vogue Espagne ; Simona Kust pour Vogue Russie ; Zhou Xun pour Vogue Chine ; (?) pour Vogue Brésil ; Lauren Ernwein pour Vogue Hollande ; Olivia Vinten pour Vogue Turquie ; Erica Packer et ses enfants pour Vogue Australie ; Quannah Chasinghorse pour Vogue Mexico ; Malika El Maslouhi pour Vogue Arabie ; Edie Campbell pour Vogue Koréa ; Regina King pour Vogue Grèce ; (?) pour Vogue Ukraine ; Constance Jablonski pour Vogue Pologne ; Lara Mullen et Paulina Porizkova pour Vogue Tchécoslovaquie ; Katarina Janickova pour Vogue Portugal ; (?) pour Vogue Inde ; Awkwafina pour Vogue Singapore ; Kendall Jenner pour Vogue Hong-Kong ; Chrissy Teigen pour Vogue Thaïlande ; Alexandra Micu pour Vogue Taiwan ; (?) pour Numéro France ; Giedre Dukauskaite pour Numéro Tokyo ; Indya Moore pour V Usa ; Bad Bunny et Saweetie pour W Usa ; Tiwa Savage et CL pour Allure Usa ; Anya Taylor-Jones et Zazie Beetz pour Elle Usa ; Altyn Simpson pour Elle Uk ; Precious Lee, Hailey Bieber, Rianne Von Rompaey, Adwoa Aboah et Liu Wen pour Harper's Bazaar Usa ; Constance Jablonski pour Harper's Bazaar Uk ; Marina Perez pour Harper's Bazaar Espagne ; Imaan Hammam, Kaia Gerber, Kate Moss, Maty Fall Diba, Mika Schneider, Naomi Campbell pour i-D Magazine ; Ashley Graham pour Porter Magazine ; Sarah Saxinger pour Marie-Claire Italie ; Charlotte Gainsbourg pour Marie-Claire France ; Betsy Gaghan, Kris DeGirolamo et Toni Smith pour Self-Service ; Bella Hadid, Erin O'Connor, Lily McMenamy, Nyasha Matonhodze, Sienna Miller et Rafferty Law pour Love Magazine ; Adut Akech, Hailey Bieber, Emma Corrin, Stacy Martin, Celeste, Meadow Walker, Misty Kyd et Lola Nicon pour POP Magazine ; Alek Wek, Anine van Velzen, August Atkinson, Dustin Muchuvitz, Isabelle Adjani, Kristen McMenamy, Malick Bodian, Metta Irebe, Rianne Von Rompaey, pour Purple Magazine ;

Chanel Printemps/Eté 2021 par Virginie Viard

Les six lettres Chanel, d'un blanc magnétique, mesurant au moins dix mètres, renforcées par un attirail d'échafauds métalliques, à intervalles réguliers, font office de décor pour la nouvelle collection prêt-à-porter Chanel Printemps/Eté 2021. Au première abord, un ressenti de "Chanelwood" ou de Way of Life, à la californienne, s'offre à nos regards ébahis. Ce désir si prégnant d'embaumer cet Air si spécifique provenant de l'océan pacifique. Cependant, j'y verrai plutôt une version angélique de la chose. Une allégorie de la page blanche afin de réécrire une nouvelle histoire de la saga Chanel. Virginie Viard, dont le style s'incarne dans une épure néo-classique, propose des silhouettes, sans extravagances. Pas d'incartades. Pas de touches humoristiques. Rien que du pragmatique. Et, n'est-ce pas ce dont nous avons besoin actuellement ? Du fondamental, du pratique. Des tenues confortables pour rester tranquillement chez soi. Juste se sentir bien, sans en mettre plein la vue. Pourtant, une des règles fondamentales du prêt-à-porter de luxe prend en horreur les termes de confortable, aisée, simple. Cette fois, c'est un habile parti pris. La mode doit également prendre en compte nos façons de vivre et s'y adapter. Nos contraintes journalières évoluent et changent. Et, cette épure commode demeure totalement appropriée. Lorsque la bande originale lance la chanson de Christophe, "Voix sans issue", sept magnifiques tops jaillissent de l'arrière plan ; Des fameuses lettres herculéennes. Chacune avec un look clair et lisible mais tellement complémentaire. L'une avec un tailleur en tweed sombre, au tissage géométrique, très marqué ; l'autre avec une longue robe, parsemée de petits volants, en crêpe de chine, dont le micro imprimé Chanel fait penser à un liberty ; la suivante avec une veste en tweed rose guimauve et son corsaire assorti ; une dernière avec sa combinaison/pantalon et une veste en tweed mouchetée. On recouvre les codes Chanel réunis dans une simplicité de Tweeds, de chaines dorées, de cardigans en cachemire tout doux et de gros nœuds Ebène, éparpillés de-ci delà. Au-delà du simple vocable Chanel qui s'affiche directement sur le textile. Le pull vermillon du mannequin Sofia Steinberg reprend la calligraphie Chanel, sous forme de collier de perles. Le N°5 s'imprime à la tonalité de Néons sur des tee-shirts obscurs. Un perfecto anthracite se voit injecter d'énormes lettres CHANEL argentées, uniquement sur les emmanchures. D'éphémères "C" entrelacés s'agrippent sur un pantalon aux fines rayures bleu layette. Certains plus évasés, en denim, harponnent des couleurs vives comme le fuchsia ou bleu turquoise. Ou bien la version corsaire en tweed pourrait être la bienvenue. Au choix. Beaucoup de Rose cette saison s'incarnant dans des tonalités de dragée, magenta, mauve, fuchsia, parme, lilas, incarnadin, thé, chair ou pêche. Notamment à travers un peignoir de plage, une veste en Jean ou un cardigan en cachemire. Quelques jupes s'enroulent autour de la taille telle une serviette de plage. Beaucoup de noir et blanc, couleurs traditionnels de la maison Chanel. Des voilettes pour le coté mystérieux. Voire cinématographique. Le total look, veste étriqué et corsaire en sequin pétrole de Maria Miguel, renforce cette image de Red Carpet. Quelques plumes d'autruches retaillées, viennent se greffer délicatement sur une jupe en mousseline aux délicats volants transparents. Des robes en macramé de dentelle, découpé au scalpel, font rejaillir le pan virginal de la jeune fille Chanel. On discerne cette simplicité et fluidité au travers presque toutes les silhouettes présentées au sein du grand palais. La tendance de la logomania fait son come-back autour des robes du final qui s'érigent de broderies en sequins ou d'imprimé démesuré aux formes du double C ou terme Chanel. Illuminée et radieuse sera cette collection Chanel printemps/Eté 2021, tout en épousant un certain conformiste, concordant parfaitement à l'esprit du temps.

YG

Chanel

Printemps/Eté

2021

Le génial Albert Elbaz s'en est allé
Le designer Albert Elbaz, génie de la mode, s'en est allé, ce dimanche 25 avril, emporté par ce maudit Virus du Covid-19. Agé seulement de 59 ans, il venait à peine de présenter, en début d'année, sa griffe : AZ Factory. Une nouvelle aventure, créée avec l'aide du groupe Richemont dès 2020, afin de mettre en valeur son génie stylistique et créatif. Albert Elbaz avait un disparu des écrans radar de la mode depuis 5 ans, même s'il avait fait quelques exceptions en collaborant avec les marques comme Lancôme, Tod's, Converse ou Fréderic Malle. Ce dernier méritait tant de revenir dans une grande maison, notamment depuis son évincement de Lanvin en 2015. Johann Rupert, fondateur et président du groupe Richemont acte sa profonde tristesse pour la perte d'un ami, d'un collègue et d'un partenaire de Business. D'autant plus qu'Albert Elbaz avait exposé sa nouvelle vision stylistique au mois de Mars 2021. Une collection mono-block, ultra vitaminée. Avec des couleurs franches comme le fuchsia, le gazon, le rouge sang, le citron ou le bleu céruléen. Des robes seconde-peau s'inscrivant dans un esprit sportif ; notamment, par l'utilisation de tissus Stretch. Quelques imprimés de visages primitifs, de mains entrelacées, d'étoiles de mer ou de silhouettes naïves contemporaines sur des robes longilignes et pantalons bouffants. Les fameux croquis de silhouettes menues crayonnées par le Maestro lui-même enveloppant les derniers modèles. Et, toujours quelques nœuds, en bolduc, crochés de-ci delà. Une collection qui avait eu la grâce des journalistes car les silhouettes présentées dévoilaient aussi tous types de tailles, de couleurs de peau et d'âge. Nombreux sont ceux qui attendaient, avec hâte, le retour de ce génie du chiffon. Né en 1961, à Casablanca, au Maroc, Alber Elbaz avait débuté sa carrière chez le designer américain Geoffrey Beene. Puis, avait rejoint la maison Guy Laroche en 1996. En 1998, Pierre Bergé le nomme pour prendre les rênes du prêt-à-porter Saint Laurent dont il créera seulement trois collections. La reprise de la maison Saint-Laurent par le Gucci Group (Devenu Kering aujourd'hui) et l'arrivée du styliste Star, Tom Ford, de Gucci l'évincent de son poste de DA. Pierre Bergé sera très fâché par ce conflit. En 2001, la propriétaire de la maison Lanvin, Shaw-Lan Wang, le recrute pour mettre un coup de jeune à cette maison en perte de vitesse. Un pari réussi. Un véritable triomphe. On le sollicitera même pour confectionner une collection capsule Lanvin pour H&M, en 2010. La consécration et cela jusqu'en 2015. Albert Elbaz a toujours su rendre les filles désirables, chics et élégantes. Son esprit s'aiguisait à mettre en valeur le corps féminin, sans jamais le dénaturer. Jamais de vulgarité. Toujours ultra classe mais jamais classique. Un des plus gracieux papillons s'en est envolé vers l'au-delà. N'en restera t-il, certainement, que de jolis nœuds.
Malicka Louback chez IMG
Malika Louback demeure la révélation du modeling de cette fin d'année 2020. Au mois de Septembre 2020, elle décroche deux couvertures iconiques qui, d'un claquement de doigt, focalise toute l'attention du milieu de la mode sur cette jeune beauté Djiboutienne. Une couverture pour le Vogue Paris par Mikael Jansson et une couverture pour le Numéro France par Jean-Baptiste Mondino la consacrent immédiatement comme le mannequin sur qui il faut parier. Celle qui devrait être l'une des filles incontournables de 2021. L'agence IMG l'engage directement sur son Main Board, sans passer par la case New-Faces. Chose rare pour ne pas le souligner. Fréquemment, il faut faire ses preuves avant d'incorporer l'élite. Pas Malika. Emmanuelle Alt, rédactrice en chef du Vogue Paris, tombe sous le charme de cette fille intelligente et lui offre la possibilité de poser pour d'autres séries Mode avec les photographes Carlijn Jacobs (Octobre 2020) et Inez Lamsweerde & Vinoodh Matadin (Février 2021). Des shoots qui en imposent pour une débutante. Agée de 26 ans, et avec une carrière commencée sur le tard, Malika Louback a préféré privilégier ses études avant d'entrevoir une éventuelle carrière dans le mannequinat. Après six années d'études, elle décroche son diplôme d'ingénieur en matériaux et ingénierie des surfaces à l'école Polytech Lyon. La résistance et la propriété des matériaux sont ses domaines de prédilection. Un véritable challenge s'offre, alors, à Malika. Très entourée par sa famille, ils la soutiennent à 100% dans cette entreprise inédite. Le parcours de sa mère a de quoi la motiver. Celle-ci ayant œuvré pour l'OMS ainsi que dans diverses ONG, cette dernière a su saisir les opportunités de la vie pour atteindre le poste de Ministre de la Femme et de la Famille à Djibouti, en 2016. Alors pourquoi ne pas suivre ses intuitions et envies? Ce serait, aussi, un excellent moyen de dépoussiérer ce métier, de faire évoluer les mentalités, tout en insistant fortement sur le point que nombreuses sont les mannequins cultivés et intelligents. Avec la couverture du Vogue Italien du mois d'Avril 2021, en compagnie d'Amar Akway et Skarta Ali, Malika conforte définitivement sa position de leader, tout en redéfinissant l'idée d'une beauté multiculturelle et totalement ethnique.
YG

Kris van Assche quitte le Savoir-Faire Berluti

Ce mardi 20 avril, le styliste belge Kris Van Assche a informé, via son compte instagram, son départ de la maison Berluti. Arrivé il y a trois ans à peine, pour développer le prêt-à-porter masculin, Kris van Assche avait accepté ce challenge avec jubilation. Une carte blanche incontestable pour ce Directeur Artistique plus que confirmé. Un défi attrayant parce que pas toujours simple de retranscrire l'univers d'un bottier au travers de lignes de prêt-à-porter masculines. Tout reste à concevoir à partir des seuls codes identitaires Maison. Ici, l'univers du cuir et du sur-mesure dont les maitres mots demeurent "précieux", "exceptionnel", "dispendieux", "savoir-faire" et "intemporel". Kris Van Assche s'est d'abord fait connaitre par sa ligne de vêtements masculins, aux coupes impeccables et irréprochables, qu'il abandonnera, une fois embauché, au poste de Directeur Artistique chez Dior Homme, en 2007. Il y demeurera jusqu'en 2015, remplacé par Kim Jones. A t-il eu vraiment le choix ? A ce moment là, Virgil Abloh vient d'être nommé chez Vuitton Homme. Kim Jones part de chez Vuitton Homme pour reprendre Dior Homme. Et Kris van Asche ? On lui propose Berluti. Il accepte. Ce dernier possédant les armes nécessaires pour générer un nouveau joyau au sein du groupe LVMH. Mais, élargir une ligne de sur-mesure apparait comme un luxe qui coûte extrêmement d'argent. La pandémie du Covid-19 et ses conséquences inéluctables vont définitivement achever le processus de croissance de cette maison française. Moins de clients implique moins de Chiffre d'Affaires. La décision de ralentir la production surprend le designer. L'attriste totalement. Antoine Arnault, Président de Berluti, désire cependant faire perdurer ce Savoir-Faire, sans pour autant multiplier le nombre de collections. Juste conserver un rythme de développement plus humain, plus respectueux des valeurs Maison. Le véritable luxe semble parfois se nicher dans des concepts de temporalité. Prendre son temps demeure le véritable Luxe.

Miu Miu Printemps/Eté 2021 par Miuccia Prada
Ensorcelant set-design que celui de la présentation Miu Miu Printemps/Eté 2021. Une réinterprétation du terrain de sport, en trois dimensions, très familier de celui du Squash. Avec des cloisons incurvées, d'une blancheur imparable et de longilignes couloirs, à la typographie de goulets d'étranglement, s'étendent, de-ci delà, des lignes aux tonalités vermillon et anthracite. Miu Miu convoite fortement l'idée du dépassement de soi, au travers d'une mode inspirée par l'univers sportif qui, de plus en plus, apparait très présent dans nos dressings actuels. Alors, bienvenue dans le Miu Miu Club. La fille de Kate Moss, Lila Moss, ouvre le show en exclusivité. Elle investit cette arène convexe, fusionnant sols fuchsia et alcalescent, complétée de demi-sphères Ebène. Un cirque ou l'attend les reines des "Socialites" via écrans interposés : Alexa Chung, Emmanuelle Seigner, Elle Fanning, Anh Duong, les mannequins Birgit Koss, Karen Elson, Paloma Elsesser, Xaio Wen Ju, etc... L'ère du "défilmé" s'ancre dans cette pandémie ininterrompue. Une veste bleue marine, un micro short, inexistant de dos, des mules bijoux à croquer, rebrodées de perles et de strass, feront l'affaire pour une journée délurée. Les vestes se font abruptes et se rehaussent au buste par d'adorables segments horizontaux aux tonalités diverses et variées. L'encolure se duplique en col chemise. Attitude strict. Le manteau rectiligne, de couleur chamallow, se damasquine de cristaux diamants sur l'ensemble du col. Réflexion étincelante. On s'apprête à réintégrer, dans son armoire, des pulls seconde-peau aux rayures bayadères. Une inspiration Sixties qui nous projette directement au sein de l'univers Courrège. Voire Cardin. Quelques looks colportent l'allure élégante des uniformes d'hôtesses de l'air de cette époque. Les robes, sans manches, sont totalement droites. A point c'est tout. Les couleurs s'apposent les unes aux autres sans jamais se mélanger. Le carotte se marie au bleu céleste. Le fuchsia au rouge ardent. D'ailleurs, des vestes de jogging étriquées apparaissent totalement unisexes et aux couleurs tranchées : jaune vif ou mandarine, surmontées de l'étiquette élémentaire Miu Miu. Ces vestes peuvent se recouvrir de motifs géométriques aux effets visuels graduels. A la Vasarely. Idem pour les jupes crayons. Mon look préféré s'investit dans la veste Jogging Anthracite/Citron dont les lignes de points rythmés (A la Yoyoi Kusama) se rejoignent les uns aux autres pour s'effacer sur leur périphérie. Idem pour la culotte. Les pièces, au design athlétique, s'inscrivent autour de tee-shirts, marcels, combinaisons et micro-shorts seconde peau. Un chemisier cristallin froufroutant, de couleur citron, dont la mousseline convoite celle d'un nuage, habille les courbes athlétiques d'un jeune mannequin. Celui en rose pastel s'enfile sur un pantalon bleu marine. Quelques tartans parme et souffre pour des jupes fendues de la taille aux genoux. Les imprimés font appel fréquemment à une iconographie surannée, des années 60, voire 70 au couleur du Swinging London, de Twiggy et du célébrissime magasin Biba. Un détail Make-up se joue au niveau de l'arcade sourcilière qui se voit lacérée d'un trait de rasoir, voire deux. Pour bien nous rappeler que l'on est bien en 2021. Des lunettes rectangulaires se bardent en totalité de diamants ultra brillant. Certains escarpins, à la configuration de chaussures de foot, se griffent de légers crampons. Les mini-jupes sont totalement "rikiki" et se recouvrent entièrement de broderies perlées. Une robe Baby Doll, bleue layette, surmonté d'un joli nœud poussin, redessine la silhouette de Lila Moss. Le soir, des robes en satin déstructurées se parent d'écharpes dorsales. Des broderies en forme de croisillons ou triangulaires, discrètes ou criardes, s'apposent sur un buste, une épaule, une fente pour faire briller la silhouette de mille feux. Un tissu moiré, aux reflets nacrés, enflamment une robe nuisette. Les couleurs noir et blanc sont à bannir cette saison chez Miu Miu. Lila Moss clôt cette présentation avec une micro jupe intégralement perlée mandarine, ajourée d'un top plastron magenta. Une collection juvénile, radieuse, fraiche, pêchue avec cette fameuse pointe Rétro si chère à Miu Miu.
 

Miu Miu

Printemps/Eté

2021

La croisière Dior nous débarque au pied de l'Acropole
L'Art de voyager semble de retour avec la maison Dior qui a programmé son prochain défilé Croisière 2022, dans la ville d'Athènes, le 17 juin. Une envie forte d'évasion et de découverte culturelle, pour nous tous cloitrés dans nos "Home Sweet Home", permettra de nous évader de cette période si morne et tellement livide. On ne peut omettre, déjà, que la maison Dior avait gentiment bravé l'interdit l'année dernière. Personne ne pouvant voyager avec la fermeture des frontières. Toutefois, Dior nous avait emmenés découvrir cette somptueuse ville de Lecce, dans la région des pouilles. Une cité italienne, méconnu du grand public, mais réputée pour ses "Luminaries" et ses danses folkloriques. Mais pas que. N'oublions pas son savoir-faire ancestral textile avec ses magnifiques tissages en coton et son art de la broderie au crochet produisant une fine dentelle élaborée à partir de simples jeux de rouleaux. Un véritable focus pour ces métiers d'Arts d'exception. Maria Grazia Chiuri a opté, à nouveau, pour une autre destination méditerranéenne, chère à son cœur : la Grèce et sa civilisation ancienne. De ses philosophes mythiques à sa mythologie, de son Histoire intense à ses Arts de vivre convoités, Maria Grazia Chiuri aura de quoi s'exprimer et dépeindre de magnifiques contes autour de ses prochaines silhouettes. Le lieu du défilé n'a pas été encore dévoilé. Mais, il paraitrait que l'inspiration de cette future collection proviendrait, aussi, d'une séance photo organisée à l'Acropole, il y a soixante-dix ans. Une session au Parthénon, photographié par Jean-Pierre Pedrazzini, en 1951, mettant en valeur la beauté des robes Haute-Couture de Monsieur Christian Dior. Le 17 juin 2021, nous "Parthinons" tous à l'"AcroDior".
 
Révélations des podiums Printemps/Eté 2021
YG
Alice
Alice
Antonia
Ash
Camille
Chloé
Cooper
Da Luz
Przedpelski
Foo
Maille
Blanchard
Select
Supreme
Titanium
Oui
Le Bureau
The Lions
 
Denisa
Dija
Dohyun
Essoye
Evelina
Fien
Smolikova
Kallon
Kim
Mombot
Grinberga
Maes
Le Bureau
Women
IMG
Oui
The Bro
Rebel
Greta
Isa
Ivana
Jade
Justi
Karla
Hofer
G.
Trivic
NGuyen
Ageitos
Koncurat
Oui
Next
Girl
Elite
Oui
Storm
YG
Kayako
Levi
Lydia
Maja
Melissa
Merlijne
Higuchi
Achthoven
Kloos
Zimnoch
McConnachie
Schorren
Supreme
Supreme
Micha
IMG
Select
Viva
YG
Nour
Sydney
Taira
Topsy
Valeria
Vira
Rizk
Sylvester
Taira
Topsy
Buldini
Boshkova
Models 1
Women
Storm
Ford
Elite
IMG
YG
 
Lire les actualités du mois de Avril 2021
 
 
New-Faces à suivre en 2021
- Abby Champion - Akon Changkou - Amar Akway - Assa Baradji - Aylah Peterson - Cynthia Arrebola - Cyrielle Lalande - Dija Kallon - Deirdre Firinne - Estelle Chen - Felice Nova Noordhoff - Hyun Ji Shin - Jill Kortleve - Klara Kristin - Lola Nicon - Lydia Kloos - Maggie Maurer - Maria Miguel - Malicka Louback - Maty Fall Diba - Mika Schneider - Miriam Sanchez - Olivia Vinten - Oudey Egone - Paloma Elsesser - Pan Haowen - Sacha Quenby - Simona Kust - Tian Yi - Ugbad Abdi - Vaughan Ollier - Vilma Sjoberg - Zso Varju -
Au Top en 2021
- Adesuwa Aighewi - Adut Akech - Anok Yai - Bente Oort - Blesnya Minher - Cara Taylor - Erika Linder - Florence Hutchings - Fran Summers - Giselle Norman - Grace Elizabeth - Halima Aden - Hannah Motler - Hayett McCarthy - Hiandra Martinez - Kaia Gerber - Kerolyn Soares - Kris Grikaite - Licett Morillo - Lulu Tenney - Maike Inga - Mariam de Vinzelle - Mona Tougaard - Nora Attal - Rebecca Leigh Longendyke - Remington Williams - Sarah Grace Wallerstedt - Signe Veiteberg - Sofia Steinberg - Teddy Quinlivan - Véronika Kunz -
 
YG
 
This website is not a commercial site. It is just an infomation website and an homepage about fashion world. All pictures are the property of their respective owners. If you own the copyright to any picture on this site and would like it removed , PLEASE E-Mail me and it will be removed immediately.
/ Rédacteur en chef et Webmaster de planete-mode.com / Contact /